La formation de la bienveillance

Rz_PERS023Les travaux de Robert Kegan montrent que 70% des individus se situent dans la tranche des réactifs alors que 20% d’entre eux sont dans celle des créatifs*. Les réactifs sont des individus qui se sentent bien (ou pas) mais qui sont conditionnés par les normes sociétales. Les créatifs sont des individus qui obéissent à leurs propres normes.

Au niveau de l’entreprise, comment passer de la réaction à la création ? Comment la bienveillance se forme-t-elle ?

Lors d’une récente intervention dans une mairie importante, une personne était l’objet d’un rejet quasiment unanime de la part de ses collègues. Le rôle de chacun était bien huilé, comme une scène qui passe en boucle indéfiniment. L’individu était parfait dans son rôle de trouble-fête et les autres étaient unanimement ligués contre lui. Cependant cette situation ralentissait le groupe en occupant trop de temps dans l’esprit et l’activité des acteurs.

L’objectif de l’intervention était la formation à la bienveillance, et celle-ci eut un impact indirect sur la gestion du conflit par le groupe. Après avoir présenté quelques limites structurant le cerveau ainsi que quelques corrélations cerveau-cœur-corps, une série d’exercices était proposée au groupe (voir la totalité de la formation). Entre chaque exercice, un temps de pause était destiné aux commentaires.

1/ Fermez les yeux et ne faites rien (80% des informations proviennent de ce qui est vu et fermer les yeux baisse automatiquement la fréquence des ondes cérébrales). Observez ce qui se passe en vous pendant 20 secondes, dans le cerveau, le cœur et le corps (y compris votre éventuel agacement) puis ouvrez les yeux

2/ Fermez les yeux et rappelez-vous un bon souvenir ou une personne que vous aimez ; observez si vos pensées, vos émotions et/ou vos sensations physiques changent. Ouvrez les yeux

3/ Fermez les yeux et rappelez-vous un mauvais souvenir ou une personne que vous n’aimez pas ; observez si vos pensées, vos émotions et/ou vos sensations physiques changent. Ouvrez les yeux

4/ Pensez à quelque chose ou à quelqu’un, que vous aimez ou pas, puis essayez de ne plus y penser (en réalité cela ne peut se faire car il est impossible de se contraindre à ne pas penser à quelque chose ; plus on essaye de ne pas y penser, plus on y pense)

5/ Fermez les yeux pendant 10 secondes, videz votre esprit en le rendant confus (des outils sont proposés), puis ouvrez de nouveau les yeux et guettez la prochaine pensée ; observez ce qui se passe. Combien de temps s’est écoulé entre l’instant où vous avez ouvert les yeux et l’apparition d’une nouvelle pensée ? Pouvez-vous dire d’où vient cette pensée ?

6/ Fermez les yeux et pensez à quelque chose ou à quelqu’un que vous n’aimez pas, une pensée que vous aimeriez bannir de votre esprit. Ensuite, ouvrez les yeux et fixez votre regard intensément sur 1 point dans la pièce pendant 15 secondes (ce seuil de 15 secondes est variable d’un individu à l’autre.) Décrivez-vous ce point, ce qu’il y a autour, s’il vous rappelle quelque chose, etc. Maintenant, tentez de retrouver la pensée du début de l’exercice et observez le temps qu’il vous faut pour la retrouver, si vous la retrouvez

7/ Pour finir, fermez les yeux et détendez-vous quelques instants. Puis, imaginez que quelque chose a changé dans vos conditions de travail et qu’elles sont devenues idéales. Vivez cette situation idéale (des outils sont donnés). Ouvrez les yeux

Pour les raisons abordées dans le postulat 5 du billet du 3 avril, cette série d’exercices tirée de la formation à la bienveillance eut un impact sur la vie du groupe sans que le cas de l’individu n’ait été abordé. Les membres du groupe (y compris le trouble-fête) avaient-ils réellement le choix de continuer à agir de la même manière qu’auparavant alors qu’ils venaient de comprendre comment certaines pensées s’organisaient dans leur cerveau ?

*D’autres tranches plus étroites contiennent des individus capables de fédérer des millions de leurs semblables

Merci de partager

Ce contenu a été publié dans Entreprise, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire